L’administration sénégalaise laisse Macky Sall dicter au mépris de la loi. - Dakar Média Sénégal

L’administration sénégalaise laisse Macky Sall dicter au mépris de la loi.

Crise électorale au Sénégal : Ousmane Sonko exclu des élections présidentielles malgré les décisions de justice

Dakar, le [Date] 19/12/2023

À l’approche des élections présidentielles au Sénégal, prévues le 25 février 2023, une crise électorale secoue le pays, mettant en lumière les tensions politiques et les obstacles entravant la participation démocratique. Au cœur de cette controverse se trouve Ousmane Sonko, le leader patriote et principal opposant au président Macky Sall.

L’un des principaux critères pour être candidat à la présidence au Sénégal est d’obtenir le parrainage de milliers de citoyens. Avec entre 57 000 et 60 000 signatures requises, les candidats doivent s’assurer du soutien massif de la population. Les 57 000 et 60 000 signatures doivent être des citoyens figurant dans le fichier électoral réparti entre les 14 régions du pays, au moins dans chaque région vous devez avoir 2 000 signatures Alternativement, ils peuvent obtenir le parrainage des 120 maires, ou de 13 députés à l’Assemblée nationale.

Cependant, le leader de l’opposition, Ousmane Sonko, se trouve dans une impasse, incapable de satisfaire ces conditions drastiques imposées par le gouvernement. Ce n’est pas parce qu’il est difficile d’avoir ce montant pour Ousmane Sonko, mais Ousmane Sonko est bloqué illégalement par l’administration sous les diktats du président Macky Sall. Ousmane Sonko est le seul capable d’avoir ce chiffre sans rien payer légalement parmi les candidats à ces élections du 25/02/2023, Même le candidat de la coalition présidentielle actuelle, Beno Bokk Yakaar, dirigée par le président Macky Sall, peine à remplir ces exigences.

Dans un geste controversé, le président Sall a exclu Ousmane Sonko des pourparlers lors d’un dialogue national visant à rendre le processus électoral plus inclusif. Cette exclusion a suscité des critiques, alimentant les suspicions selon lesquelles le gouvernement cherche à éliminer délibérément Sonko de la course.

La crise a atteint son paroxysme avec le refus persistant de la Direction générale des élections (DGE) de remettre le dossier de parrainage à Ayib Daffé, le représentant d’Ousmane Sonko. Malgré deux décisions de tribunaux distincts ordonnant la remise du dossier, l’administration sénégalaise semble réticente à appliquer la loi.

Cette situation soulève des questions cruciales sur la transparence du processus électoral et la volonté du gouvernement de respecter les principes démocratiques. Les partisans d’Ousmane Sonko accusent le président Macky Sall de manipuler délibérément les règles pour écarter un concurrent redouté.

Dans ce contexte, la stabilité politique du Sénégal est mise à l’épreuve, et la crédibilité des élections présidentielles est sérieusement compromise. La communauté internationale surveille de près l’évolution de la situation, appelant à un respect strict des normes démocratiques et à la garantie des droits politiques de tous les citoyens.

Fin de l’article.