La Guerre Communicative Autour de la Candidature d'Ousmane Sonko - Dakar Média Sénégal

La Guerre Communicative Autour de la Candidature d’Ousmane Sonko

La Guerre Communicative Autour de la Candidature d’Ousmane Sonko : Un Combat Patriotique au Sénégal

Au Sénégal, l’atmosphère politique est tendue alors que les alliés du système France-Afrique mènent une guerre communicative intense pour discréditer la candidature d’Ousmane Sonko aux élections présidentielles du 25 février. Les partisans du leader des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) dénoncent une propagande orchestrée par le président Macky Sall et ses complices du Conseil constitutionnel.

Au cœur de cette bataille se trouve la question de la participation d’Ousmane Sonko aux élections de 2024. Les alliés du système cherchent à imposer l’idée que le leader de l’opposition est définitivement exclu du scrutin. Cependant, les patriotes appellent à la vigilance, soulignant que, jusqu’à la rédaction de cet article le mardi 9 janvier 2024, aucun document officiel ne stipule explicitement l’inéligibilité de Sonko.

Macky Sall et ses collaborateurs, notamment « Badio Camara » du Conseil constitutionnel, sont accusés de vouloir éliminer Ousmane Sonko, mais sans base légale solide pour le faire. Les patriotes mettent en garde contre toute manœuvre illégale, affirmant qu’une telle action aurait des conséquences graves pour Macky Sall et son régime. Des forces militairement préparées sont prêtes à réagir si des actes illégaux venaient à être commis contre Ousmane Sonko.

Les partisans de Sonko insistent sur le fait que le président en exercice craint la montée en popularité du leader de l’opposition. Des manœuvres de désinformation circulent pour faire croire que Sonko est définitivement exclu, mais les patriotes affirment avec force que c’est faux. Selon eux, Ousmane Sonko est candidat, et sa victoire aux élections semble être une certitude.

Le Conseil constitutionnel a rejeté le dossier de candidature d’Ousmane Sonko le 5 janvier, suscitant la surprise et la déception parmi ses partisans. Cependant, ces derniers espèrent toujours un retournement de situation. Les chances de Sonko étaient déjà compromises par des procédures juridiques, mais les patriotes restent déterminés à défendre la candidature de leur leader.

Cette situation crée une tension palpable à l’approche des élections présidentielles, et la décision du Conseil constitutionnel est perçue comme une manœuvre politique visant à éliminer un concurrent redouté. La bataille communicative qui fait rage au Sénégal souligne l’importance cruciale de la vérité et de la transparence dans le processus démocratique du pays. Les prochains jours révéleront si Ousmane Sonko pourra, malgré les obstacles, participer activement à la course présidentielle de 2024.