La chute de Yahya Jammeh Face Adama Barrow leçons pour le Sénégal contemporain - Dakar Média Sénégal

La chute de Yahya Jammeh Face Adama Barrow leçons pour le Sénégal contemporain

La chute de Yahya Jammeh : Retour sur la défaite face à Adama Barrow et les leçons pour le Sénégal contemporain

dakarmedia.net
Yahya Abdul-Aziz Jemus Junkung Jammeh, président de la Gambie de 1994 à 2017, a marqué l’histoire de son pays d’une manière controversée. Son règne a pris fin lors des élections présidentielles de 2016, où il a été confronté à une opposition déterminée menée par Ousainou Darboe, un homme qu’il considérait comme sa plus grande menace. Cet article revient sur les événements qui ont conduit à la défaite de Jammeh face à l’actuel président Adama Barrow et explore les parallèles avec la situation politique actuelle au Sénégal entre Macky Sall et Ousmane Sonko.

La défaite inévitable de Jammeh :
Lors des élections présidentielles de 2016 en Gambie, Jammeh a pris des mesures autoritaires pour assurer sa victoire. Cependant, les efforts visant à réprimer l’opposition n’ont pas empêché Ousainou Darboe, candidat sérieux et redouté par Jammeh, de gagner la confiance des citoyens. Malgré l’emprisonnement de Darboe, la population gambienne a voté en masse pour Adama Barrow, l’homme de confiance de Darboe. Cette défaite a mis fin au règne de Jammeh, soulignant l’importance de gagner le soutien populaire plutôt que de réprimer les opposants.

Les leçons pour le Sénégal :
En établissant un parallèle avec la situation politique actuelle au Sénégal, où Macky Sall fait face à l’opposition dirigée par Ousmane Sonko, il est crucial de retenir les leçons de l’histoire gambienne. Jammeh avait sous-estimé le pouvoir du peuple, pensant que l’emprisonnement de l’opposition garantirait sa victoire. Macky Sall devrait être averti que la répression n’est pas la clé du maintien du pouvoir, surtout lorsque l’opposition a gagné la confiance du peuple.

La fin du règne de la répression :
L’emprisonnement d’Ousainou Darboe en Gambie a eu l’effet inverse de celui escompté par Jammeh. Plutôt que de décourager l’opposition, cela a renforcé la détermination du peuple à se libérer du joug autocratique. La Gambie a ainsi montré que la répression peut galvaniser l’opposition et mobiliser un soutien populaire massif.

Conclusion :
L’histoire de la défaite de Yahya Jammeh en Gambie offre des leçons importantes pour la politique contemporaine en Afrique. Les dirigeants doivent comprendre que le pouvoir réside dans le soutien du peuple, et réprimer l’opposition ne fait que renforcer sa détermination. Le Sénégal, confronté à des tensions politiques, devrait tirer des enseignements de cette histoire et privilégier la voie de la démocratie plutôt que celle de la répression. La chute de Jammeh a démontré que même un président autoritaire peut être renversé lorsque le peuple se lève pour réclamer son droit à la liberté et à la démocratie.